The Block Tower By Toby Harriman

« Pendant des années, j’ai vu passer de superbes photos de ces tours d’habitation et je voulais les voir et les documenter par moi-même », révèle Toby Harriman. Le photographe américain s’est rendu à Hong Kong pendant quatre jours, à l’occasion d’un voyage en Asie et a décidé de réaliser une série photographique et vidéo unique, intitulée « The Block Tower ». Avec son drone et son appareil photo, l’artiste s’est posté sur plusieurs points de vues à différentes heures de la journée, afin de capturer différentes lumières qui se reflètent sur les bâtiments. « J’y suis allé dans le but de faire des vidéos abstraites et d’avoir un rendu artistique. Je voulais montrer ces buildings sous un autre angle ».

« Hong Kong est un monde totalement à part. C’est l’une des ville les plus densément peuplées au monde, avec une densité globale estimée à 6 300 personnes par kilomètre carré. Plus de sept millions de personnes vivent sur environ 1 108 km2. Tout est plus grand, plus dense et on avait l’impression que tout le monde vivait dans ce type de logements. C’est cool de voir qu’ils essaient d’incorporer de la couleur afin d’animer les quartiers. En tant qu’artiste, c’est difficile de regarder une telle ville et de ne pas être impressionné ».

Retrouvez ses travaux sur sa page Instagram : @tobyharriman

















(more…)

Ivre, il essaie de voler une bouteille d’alcool

Top 8 des pires jeux de combat, les plus beaux étrons de l’histoire de la baston

Malheureusement, tous les jeux de bastons ne peuvent pas être Street Fighter. Mais c’est même pas ce qu’on leur demandait. Nous, on voulait juste un jeu décent pour pouvoir s’amuser avec les copains. Ceci est un top hommage aux petits malheureux qui ont vu ces étrons emballés sous le sapin et qui ont dû jouer avec.

  1. Street Fighter The Movie (Arcade)
    Faire un jeu du film adapté lui-même d’un jeu. Quand on sait à quel point l’étron (sympathique) de Van Damme a respecté la mythologie Street Fighter, on est en droit de se poser des questions. Pour couronner le tout, les génies créatifs derrière le jeu ont décidé de surfer sur une autre vague du jeu de combat pour élaborer son jeu : les graphismes digitalisés à la Mortal Kombat. C’est donc les acteurs du film que l’on peut jouer dans un gameplay atroce très proche de licence d’Aclaim.

  • Shaq-Fu (Super Nes/Megadrive)
    D’habitude, on n’est pas regardant sur les scénars de jeux de baston, mais avouons que “Shaquille O’Neal visite un vieux dojo et se retrouve dans une autre dimension, devant aller sauver un jeune garçon d’une momie maléfique” ça sent quand même la croûte à pleins naseaux. La plus célèbre des bouses du vs-fighting n’a rien pour lui. Le gameplay est dégueulasse, les décors sont immondes et il galvaude l’image du Shaq qui sortait tout juste de l’excellent film Shazam. Si on devait sauver un élément, on parlerait les musiques qui ne sont pas toutes horribles.
  • Sonic The Fighters (Arcade)
    Oui, même Sonic y est passé – ne vous en faites pas le cas de Mario arrive prochainement. En 1992, SEGA AM2, la branche trisomique de la célèbre firme japonaise a eu la bonne idée d’adapter les aventures du Hérisson. Il y avait presque de l’idée, mais il suffit de quelques instants pour réaliser l’étendue de l’échec. Décidément l’univers de Sonic n’est pas adaptable à l’infini.
  • Breaking The Rules/ The Roman Tournament (PC)
    Comme quoi le graphisme ne fait pas le jeu. Breaking The rules qui est assez récent est bien mieux foutu que de nombreux jeux. Pourtant, jouez-y plus de cinq minutes, et vous aurez envie de casser un truc -normalement votre ordinateur. Il y avait pourtant à la base un concept intéressant : se battre autour d’un fossé, l’absence de barres de vies, des personnages réalistes. Mais en regardant d’un peu prés le design des persos, la très pauvre palette attaques, et le gameplay, on comprend vite qu’il ne rentrera pas dans la légende. On se dit même que c’est un beau foutage de gueule…
  • Kart Fighter (Hack)
    Comme disait Coluche, il n’y a pas de raison pour que ce soit toujours les mêmes qui trinquent. Du coup, ça aurait été salaud d’en mettre plein la mouille a Sonic sans passer par la case Mario. Si on vous dit baston et Mario, vous pensez automatiquement “Smash Bross Melee”, qui lui était un bon jeu. Oui ? Alors oubliez tout. Ici on est dans l’extrême inverse. Pour faire simple, vous trouverez un screenshot de ce jeu dans le dictionnaire pour illustrer le mot étron. Alors, pour être tout à fait honnête il convient de préciser que ce jeu est un “hack”, donc qu’il n’a pas été développé par des professionnels. Mais l’amateurisme n’excuse pas tout. Et surtout pas ça :
  • Rise of the robots (SNES/Megadrive)
    Au moment de sa sortie en 1992, ce jeu était ultra attendu. Les premiers screenshots qui dévoilaient des graphismes 3D exceptionnels pour l’époque, et l’annonce de la participation de Brian May de Queen pour la bande originale ont suscité une très grande impatience de la part des joueurs et des professionnels. Autant vous dire qu’ils ont pas été déçus mes aïeux. Le gameplay est absolument incompréhensible et le mode arcade n’offre au joueur qu’un personnage jouable: Cyborg (super original comme nom, ça va les créas de Time Warner Interactives vous vous êtes pas tués sur ce coup-là ?). Bref, c’est un des jeux les plus détestés de l’histoire. Il a d’ailleurs été massacré par le Joueur du Grenier dans une vidéo.
  • Ballz 3d (Mega Drive,SNES et 3DO (hahaha))
    On pourrait discuter des heures sur la réunion marketing qui a poussé les développeurs à appeler leur jeu “Balls”, mais on a peur de ne pas réussir à conceptualiser. On peut, cependant, s’attarder un petit peu et s’extasier devant la laideurs extrême des graphismes futuristo-fête-foraino-flippant de ce jeu de l’enfer. Mais comme on le sait, les graphismes ne sont pas l’élément essentiel d’un mauvais jeu de combat. C’est seulement allié à une jouabilité dégueulasse, des musiques atroces et des personnages aux possibilités extrêmement limitées qu’on parvient à faire une vraie atrocité. Ballz 3D passe tous ces tests avec brio…
  • Double Dragon V : The Swadow Falls (Megadrive, SNES, Jaguar)
    Une autre belle licence salopée bien comme il faut. Hey les développeurs ? Ouais c’est à vous qu’on parle. Si vraiment vous voulez faire une croûte. Pourquoi vous n’inventez pas vos concepts tout seul à la coule, au lieu de venir massacrer nos jeux préférés. Hmmm ? Ne répondez pas surtout… Pour sa défense le jeu ne s’inspirait pas directement du célèbre beat them all mais de la série animé qui en a découlé. Si “Street fighter the movie the game” ne vous avait pas servi de leçon, maintenant vous savez : les adaptations d’adaptations, c’est caca.

Killer Instinct parait cool à côté non ?

(more…)

21 visionnaires qui ont tout compris à la vie

2014 pointe le bout de son nez (c’est dans moins de 9 heures les p’tits amis !), vous êtes en plein préparatif du réveillon qui se déroule chez vous et vous avez mille et une choses en tête pour ne rien oublier. Trop stressé que vous êtes à vous assurer que tout se passera bien, vous n’allez même pas profiter de cette soirée. Un conseil, détendez-vous !

Faites comme ces 21 visionnaires qui vivent la vie comme elle vient et ne s’enquiquinent pas des diktats de la société ! Soyez libre et créatif. En clair, soyez vous-même !

"À faire : avoir 100$, trouver un serviteur, ne plus rien faire"

“À faire : avoir 100$, trouver un serviteur, ne plus rien faire”

Une nintendo DS ? Pourquoi faire ?

Une nintendo DS ? Pourquoi faire ?

Un chien flemmard + de la neige = le chien luge

Vous allez découvrir le clip de campagne le plus flippant de l’histoire des élections municipales

Arrêtez-tout, bon sang. Que vous soyez profanes ou spécialistes de la politique, il faut absolument que vous jetiez un oeil  sur ce clip  de campagne réalisé par les équipes de Jean Pichai, candidat à la mairie de Pau. On vous prévient, il y a un gros, énorme risque même, que vous soyez ramenés au temps de l’ORTF.

Soit ce clip est volontairement obsolète de manière à faire le buzz, soit il est complètement raté. Bizarrement, on pencherait plutôt pour la deuxième option.

Une voix-off digne d’une speakerine des années 70′s, une qualité d’image sortie des tout premiers téléphones portables avec option caméra, et surtout un personnage principal qui ne bouge jamais !

En effet, le candidat Jean Pichai va rester stoïque pendant la trop longue minute quarante que dure ce clip.

Welcome to 2013… 1968 ?

Le maire le plus cool du monde : Rob Ford, plus haute figure de Toronto

(more…)

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies