Air France New Campaign Helping French Start-Ups to Take Off

Dans le cadre des Fubiz Talks, dont la troisième édition est organisée par Fubiz et l’agence TETRO, dans le magnifique cadre de la Salle Pleyel ce jeudi 4 octobre, Air France sera partenaire de l’événement.

En ce mois d’octobre 2018, la compagnie aérienne met la French Tech à l’honneur. Du 1er au 12 octobre, les clients d’Air France pourront tester, en avant-première des produits et services développés par 10 start-ups prometteuses issues d’univers différents, au salon du hall M du Terminal 2E de Paris-CDG et jusqu’au 31 octobre sur https://frenchtech.airfrance.fr.

De la réalité augmentée au biomimétisme, de l’intelligence artificielle à la magnétométrie, en passant par l’œnologie, la musique, la culture ou encore le bien-être, autant d’expériences inédites à explorer. Nous vous en proposons une sélection.

Par exemple, les voyageurs pourront expérimenter GLOWEE, un projet imaginé par Sandra Rey, qui fera partie des intervenants lors de la matinée Masterclass des Fubiz Talks. Elle a pour ambition de révolutionner l’éclairage urbain, en faisant appel à la bioluminescence qu’émettent notamment les micro-organismes vivant dans les grandes profondeurs.
Cette lumière biologique a aussi des pouvoirs relaxants, c’est ce que pourront tester en avant-première les passagers d’Air France avec la Glowzen room, avant leur vol.

En attendant leur vol, les passagers pourront s’octroyer une visite au musée grâce à UMA (Universal Museum of Art), premier musée en réalité virtuelle. Des collaborations uniques avec des musées et des spécialistes pour réaliser des expositions uniques, accessibles gratuitement sur internet.

Les amoureux de dessin et d’écriture, pourront tester la LA SLATE 2+. Une tablette magique qui vous permet de numériser des textes ou des croquis en temps réel et de passer à loisir du papier à l’écran.

Vous pouvez découvrir et tester les autres start-ups « made in France » mises à l’honneur par Air France sur le site dédié : https://frenchtech.airfrance.fr
Vous pourrez également nourrir ces créateurs en leur donnant votre avis et ainsi faire grandir ces start-ups.

Un salon Air France sera proposé au coeur de la Salle Pleyel lors de la troisième édition des Fubiz Talks pour laquelle vous pouvez encore réserver vos places.



(more…)

30th Edition of « Visa pour l’Image » in Paris

La trentième édition du festival international de photojournalisme organisé à l’initiative de l’association Visa pour l’image aura lieu à Perpignan du 1er au 16 septembre. Cette année, une trentaine d’expositions dépeindront l’actualité mondiale à travers de poignants clichés. Des rencontres, conférences et projections sont également prévues au programme : les soirées de Visa pour l’image retracent ainsi les événements marquants survenus entre septembre 2017 et août 2018. La particularité cette année, c’est que le festival s’exporte aussi dans le parc de La Villette à Paris, où auront lieu des expositions et projections le 15 et 16 septembre.

Des déplacés internes congolais rejoignent la rive après avoir passé la nuit en sécurité au milieu du lac Albert. Tchomia, RDC, 5 mars 2018.
© John Wessels / AFP

Conflits, faits de société, guerres, crises, politique, insolite, sport, culture, science, ou encore environnement feront notamment partie des sujets abordés tels que le conflit en Syrie, en Irak, les réfugiés et l’immigration dans le monde, le réchauffement climatique et plein d’autres sujets qui ont fait l’actualité cette année. Les meilleurs sujets photojournalistiques ont été sélectionnés dans le cadre des expositions. Choquantes et réalistes, ces images permettent aux photographes de témoigner de la violence qu’ils rencontrent au quotidien, et de la partager aux yeux du monde. Il s’agit également d’une manière de montrer au public la prise de risque que nécessite ce métier et la difficulté de celui-ci, au nom de la connaissance et de  l’information.

Dans le quartier de Keraniganj qui abrite de nombreux ateliers de confection, le lit d’un canal qui se jetait dans la rivière Buriganga est rempli de détritus. L’eau n’atteint plus la rivière en raison de la masse de déchets accumulés tout au long du canal.
© Gaël Turine / MAPS

Une femme en pleurs hurle après les forces de police lors d’une émeute qui a éclaté après l’annonce des résultats de l’élection présidentielle. Bidonville de Mathare, Nairobi, 11 août 2017.
© Luis Tato / AFP
Lauréat du prix de la ville de Perpignan Rémi Ochlik 2018

Jiangsu, Chine, 16 juin 2016. Usine de transformation de poulets.
© George Steinmetz / Cosmos

World Press Photo of the Year
Crise au Venezuela
Caracas, Venezuela, 3 mai 2017. José Víctor Salazar Balza (28 ans) en flammes lors d’affrontements entre la police anti-émeute et des manifestants opposés au président Nicolas Maduro.
© Ronaldo Schemidt / Agence France-Presse

Yacoub Moussa, jeune élève officier syrien avec ses camarades dans les décombres de l’académie militaire d’Alep, une ligne de front située à l’ouest de la ville et âprement disputée au cours des quatre ans de siège. Il a été blessé au visage par un tir de mortier deux jours plus tôt. Alep, Syrie, 18 décembre 2016.
© Noël Quidu pour Paris Match

Un vieil homme au milieu du cimetière de Qayyarah. Sous l’occupation de Daech, des militants ont détruit toutes les pierres tombales qui, à leurs yeux, étaient « non islamiques ». Qayyarah, Irak, 20 octobre 2016.
© Alice Martins

Un Palestinien lance des pierres sur des soldats israéliens lors de la quatrième semaine d’affrontements à la frontière entre Gaza et Israël. Selon les autorités médicales, deux Palestiniens ont été tués par des tirs de soldats israéliens postés à la frontière. 20 avril 2018.
© Khalil Hamra / The Associated Press

Des Palestiniens tentent de sauver quelques affaires des décombres de leur maison après une frappe aérienne israélienne pendant la nuit. Gaza, 8 juillet 2014.
© Khalil Hamra / The Associated Press

La caravane de migrants d’Amérique centrale traverse le Mexique, ici dans un wagon ouvert d’un train de marchandises qu’ils ont pu arrêter. Michoacan, Mexique, 17 avril 2018.
© Edgard Garrido / Reuters

Camp de réfugiés de Balukhali, Cox’s Bazar, Bangladesh, 20 septembre 2017. Un garçon rohingya désespéré s’accroche au camion d’une ONG locale qui distribue des colis alimentaires d’urgence aux réfugiés récemment arrivés.
© Kevin Frayer / Getty Images

La plupart des hommes en détention préventive sont affectés au dortoir sans mobilier du bloc A1, considéré comme le plus vétuste du quartier de haute sécurité.
© Marc Dozier / Hemis pour Le Figaro Magazine

Sanaa, Yémen. Fabrication de prothèses. Depuis le début du conflit, plus de 6 000 Yéménites ont été amputés.
© Véronique de Viguerie / The Verbatim Agency pour Paris Match

Palong Khali, Bangladesh, 9 octobre 2017. Des milliers de réfugiés rohingyas ont fui leurs villages, marché pendant des jours et enfin franchi la frontière. Épuisés, ils continuent en traversant des rizières.
© Paula Bronstein / Getty Images

Kutupalong, Bangladesh, 17 septembre 2017. Sous la pluie torrentielle de la mousson, une famille nouvellement arrivée attend un abri.
© Paula Bronstein / Getty Images

Le 11 mars 2011, à la suite d’un tremblement de terre de magnitude 9 et du tsunami qui a suivi, trois réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima ont explosé. 32 millions de Japonais ont été exposés aux radiations. On craint 10 000 cas de cancers liés à la catastrophe.
© Samuel Bollendorff

















(more…)

Beautiful Monumental Installation for We Love Green Festival

We Love Green marque, tous les ans le début de la saison des festivals estivaux. Cette année le programme sera de nouveau alléchant dans l’antre du Bois de Vincennes les 2 et 3 juin prochain. Des têtes d’affiches telles que Björk, Orelsan, Juliette Armanet, Jamie XX, Charlotte Gainsbourg, Beck, Angèle, Lomepal, Sampha, Ibeyi ou encore Nina Kravitz défileront sur les différentes scènes. Les concerts sont comme à chaque éditions complétés par des happenings et conférences.

Un autre élément majeur du festival réside dans la présentation d’une oeuvre artistique signature, spécialement conçue pour l’évènement, élue en avril dernier par un jury dont Fubiz faisait partie, entouré de Jean de Loisy, président du Palais de Tokyo et parrain du jury, l’architecte Grégory Chapuisat, la designer Constance Guisset, l’artiste Jean-Marie Appriou et les scénographes Eléonore Doisy et Etienne Vilotte du studio Épatants.

La création Nouveau Monde imaginée par l’agence Stavy Architectes, a été choisie parmi plus de 200 candidatures pour être présentée durant cette huitième édition de We Love Green.
Stavy Architectes est une agence pluridisciplinaire, qui imagine des oeuvres et nourrissent l’imaginaire dans le domaine de l’architecture, de l’urbanisme ou encore de la scénographie. La thématique de l’écologie est au centre des préoccupations des créatifs. C’est le cas de l’oeuvre sélectionnée par le jury de We Love Green.

Le Nouveau Monde est une installation composée de 3500 écailles conçues à partir d’une résille élaborée à l’aide déchets plastiques prélevés dans la nature et les océans.
La forme de la création, qui rappelle celle d’un coquillage trouvé au fond de l’océan, incite à l’échange et aux rencontres. Six portails accueillent les visiteurs, qui peuvent ainsi se réunir au centre sous un dôme.

Une création, qui reste fidèle à la thématique de We Love Green : consommer durable dans un souci d’écologie et de préservation de l’environnement.

Rendez-vous les 2 et 3 juin prochain au Bois de Vincennes pour venir contempler ce magnifique Nouveau Monde au rythme des différents styles musicaux des artistes qui seront à l’affiche.

Infos et réservations sur www.welovegreen.fr

(more…)

Creative Event Paris On Air

À l’occasion du Air Max Day 2018, l’un des événements les plus attendus de l’année pour les amateurs de sneakers, la marque au swoosh a dévoilé son tout nouveau modèle, la Air Max 270. Cette année, Nike a décidé d’aller encore plus loin en organisant un événement unique « Nike On Air » pour imaginer la Air Max de demain, à l’image de sa ville. Après avoir traversé les villes de Shanghai, Londres, New York, Séoul et Tokyo, Nike On Air s’arrête à Paris.


© Sam Sarabandi


© Sam Sarabandi

L’événement s’est tenu pendant trois jours à la Cité de la Mode et du Design. Fort d’une scénographie soignée, Nike On Air a fait voyager les visiteurs au rythme du design, des tendances et de la généalogie de la Air Max.

Un premier temps fort retrace l’histoire de la chaussure à travers une exposition originale. Sur fond de bulles d’air et de tuyaux apparents, les amateurs ont pu redécouvrir les modèles iconiques qui ont fait la légende de la marque.


© Sam Sarabandi


© Sam Sarabandi

On se souvient des premières inspirations de la Air Max. Il y a plus de 30 ans, le designer Tinker Hatfield découvre le Centre George Pompidou, un bâtiment singulier qui montre à l’extérieur l’architecture intérieure habituellement cachée. Ce dernier s’en inspire, pour à son tour, révéler à l’extérieur ce qui se cache à l’intérieur : la bulle d’air. Tinker ouvre la structure de la chaussure et conçoit ce qui deviendra la ligne directrice de la Air Max 1.


© Sam Sarabandi


© Sam Sarabandi

Second temps fort, les participants ont planché sur la Air Max de demain, en choisissant entre silhouettes, textures, matières, palettes de couleurs et finitions pour inventer le modèle de leur rêve. Au total près de 2400 personnes ont participé aux ateliers, en ayant la chance d’être accompagné par les designers Nike présents à l’événement.


© Sam Sarabandi


© Sam Sarabandi

Selon Courtney Dailey, Senior Colors Designer : « la couleur est une arme, un vecteur d’histoire. Elle est au coeur de notre réflexion. Nous essayons toujours de proposer des produits innovants en analysant les nuances de couleurs avant tout. La chaussure que tu vas acheter est représentée d’abord par ses couleurs, ensuite tu construis ta tenue en fonction de cela. »

Pour Marie Odinot, Footwear Designer qui a travaillé sur la Air Max 270 : « La contrainte c’est d’abord de faire une chaussure confortable pour des personnes qui vont la porter toute la journée. Ensuite, le design doit mettre en valeur l’air bag, la chose la plus importante de la chaussure. Tu peux t’inspirer des anciens modèles mais toujours avec l’idée en tête que tu proposeras une chaussure très différente des autres modèles»

Trois modèles ont été sélectionnés et seront mis en ligne sur le Global Voting Hub. Tout le monde est invité à voter et les vainqueurs seront annoncés le 14 Mai.


© Sam Sarabandi

Les participants du Nike On Air ont pu terminer leur expérience sur un atelier de customisation de produits, qui propose de choisir quelques motifs parmi une palette, pour créer un vêtement Nike à son image et repartir avec. La tagline « de l’imagination à la réalité ».












(more…)

Paroles de Créa : l’interview de SofeeGraphiste !

Beaucoup de membres de la communauté la connaissent déjà pour sa bonne humeur notamment.
Elle ne s’était jusqu’alors pas exprimée sur Paroles de Créa.
Erreur réparée : Voici SofeeGraphiste :)

@ SofeeGraphiste
Membre de Creads depuis juillet 2012

– Bonjour Sofeegraphiste, peux-tu te présenter (parcours, lieu de naissance,…) ?

Houps ! Me présenter… Et bien je me prénomme  Christine-Sophie, j’ai un peu plus de 50 ans (et oui ! pfff), originaire de la région Bordelaise, mais Putéolienne depuis plus d’une trentaine d’années.

Mon parcours scolaire s’est malheureusement arrêté à la 3ème, (je voulais faire les beaux-arts, mais mon père n’a pas voulu « ce n’est pas un métier, ça ! ») et du coup, un CAP de « sténo/dactylo » en poche (sténo, ouiii ! ça existait à l’époque !!!), j’ai commencé à travailler à l’âge de 17 ans et demie en tant que secrétaire dans une boîte de production de films longs/courts métrages et pub, où j’ai eu la grande chance de travailler avec cet homme fabuleux qu’est Pierre Etaix, qui corrigeait mes esquisses (je dessinais déjà beaucoup à l’époque).

Ensuite, je me suis retrouvée dans des bureaux des tours de la Défense, dans des services financiers du groupe AIG, secrétaire, assistante etc… tout ce que je déteste ! Après un « heureux » licenciement collectif, j’ai eu le projet de monter des studios de répétition et un studio d’enregistrement (je baignais dans le milieu musical à l’époque – Chanteuse/compositeur), projet qui n’a pas abouti…

Le hasard m’a amené à « dépanner » un copain de copain au bureau de son auto-école qu’il venait de créer, et… j’y suis restée plus de 25 ans !!! D’abord au bureau, puis ensuite, diplôme de monitrice en poche, dans la voiture !

En parallèle, j’ai été chroniqueuse musicale dans deux mensuels : Crossroads et Compact, et dans ce dernier j’avais une page intitulée « En Français dans le Texte », ce qui m’a permis de croiser la route de toute la fine fleur du Rock français !

La Culture et l’art sous toutes leurs formes d’expression, la créativité, la communication visuelle et humaine ont toujours été mon leitmotiv au quotidien… Un jour, j’ai réalisé que la cinquantaine arrivait à grands pas et que me devais bien de réaliser mon rêve ! Ainsi, j’ai décidé, en 2011, d’obtenir un diplôme de la Création, du Design et des métiers d’Arts à l’école Estienne Paris (j’ai pleuré la première fois que j’y ai mis les pieds (j’vous fais ma Causette, là !) Quel bonheur ce fût !!!) (et du coup, j’ai BAC  + 2 ! hé hé !).J’ai poursuivi ensuite l’auto-école… (pour l’aspect financier) quel ennui… quelle frustration…

Et en mai dernier, j’ai craqué ! J’ai donné ma dem pour me consacrer entièrement à ce que j’aime faire ! ET ME VOILÀ PARMI VOUS ! ;-)

Dans la communauté Creads, tu es connue pour ta bonne humeur. Tu nous confirmes que tu es bien la même personne dans la vie de tous les jours ?


Je ne sais pas si mon fiston (de bientôt 20 ans) serait d’accord (rires !) mais ouiiiiii ! J’essaie toujours de positiver, de remonter le moral des troupes, de rester humaine ! (20 ans de monitrice auto-école, de proximité avec les gens, ça développe forcément ces sens !)

Quel est le type de brief sur lequel tu préfères travailler ?

Incontestablement les logos et création de nom d’entreprises. L’identité graphique. (je ne suis pas encore assez mûre (sauf en âge !) pour le reste)

Je vous avoue qu’au début, puisque je n’ai pas de cursus scolaire graphique, juste mon intuition, je me suis fait « jeter » souvent mes toutes premières créations ! Et c’est grâce à vous, Membres Graphistes Creads, en observant vos créations, vos manières de procéder, de mettre en valeur votre travail, que j’ai terriblement progressé ! (il y a 3 ans, je ne savais même pas créer un fichier ! ha ha !). Peut-être que le jour viendra où je l’emporterai ! (souvent sélectionnée, 2ème, 3ème, mais jamais prise ! grrrrr !) Mais je ne désespère pas ! Donc, MERCI À VOUS !

Depuis le temps que tu fréquentes le site, y-a-t-il des créatifs que tu apprécies (pour leur talent ou leur caractère) ?

Oui ! Plein !!! Je ne sais pas si c’est bien bon de les nommer ! Mais pour ne pas les citer : Freestylo, Ezpeletar, Gangsta, AD3, Vercors, Loursin et d’autres of course dont les noms ne me viennent pas là immédiatement ! Très belles créativités, et des commentaires toujours constructifs et fairplay ! C’est grâce à des créatifs comme eux que j’ai évolué ! ;-) Ah ! j’oubliais : la Palme d’Or est réservée à PPP !!! Hein ? Quoi ??? heu… « POISON » D’AVRIL ! ha ha !

Tu as des projets en cours, veux-tu nous parler de ton travail ?

Comme je le disais plus haut, je ne suis en Freelance que depuis mai dernier ! Je débute tout juste mon activité, même si j’ai déjà réalisé plusieurs logos d’entreprise, un livre de 450 pages (dactylographié, mis en page et couverture, des flyers pour musiciens/groupe. Mais mon grand projet du moment, c’est la créa du Design de mon nouveau site internet (ça me prends la tête, c’est plus facile de le faire pour les autres !) pour avoir un outil de travail dont je suis fière !

Es-tu plutôt PC ou mac ?


MAC, MAC, MAC !!! Outil « spécial blondes » ! hé hé !

Une photo de ton bureau ?

Comme vous le voyez, j’ai ENFIN ma tablette graphique Wacom L !! J’ai passé un mois à Montréal cet hiver, et je l’ai négociée « à mort » ! Elle m’a coûté 292 € TTC !!!! C’est pas merveilleux ça ??

GRAND COUP DE COEUR :
Mon fils est musicien, batteur (les chiens ne font pas des chats !), et son groupe s’appelle SEQUANA (vous pouvez écouter sur FB, c’est vraiment top !),
et je voulais saluer le travail de la toute jeune Margot Artozqui qui a réalisé cette affiche ! Quel talent ! WoW !
Et la phrase du jour :
« À coeur motivé, rien d’impossible ! »

(more…)

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies