Creative Event Paris On Air

À l’occasion du Air Max Day 2018, l’un des événements les plus attendus de l’année pour les amateurs de sneakers, la marque au swoosh a dévoilé son tout nouveau modèle, la Air Max 270. Cette année, Nike a décidé d’aller encore plus loin en organisant un événement unique « Nike On Air » pour imaginer la Air Max de demain, à l’image de sa ville. Après avoir traversé les villes de Shanghai, Londres, New York, Séoul et Tokyo, Nike On Air s’arrête à Paris.


© Sam Sarabandi


© Sam Sarabandi

L’événement s’est tenu pendant trois jours à la Cité de la Mode et du Design. Fort d’une scénographie soignée, Nike On Air a fait voyager les visiteurs au rythme du design, des tendances et de la généalogie de la Air Max.

Un premier temps fort retrace l’histoire de la chaussure à travers une exposition originale. Sur fond de bulles d’air et de tuyaux apparents, les amateurs ont pu redécouvrir les modèles iconiques qui ont fait la légende de la marque.


© Sam Sarabandi


© Sam Sarabandi

On se souvient des premières inspirations de la Air Max. Il y a plus de 30 ans, le designer Tinker Hatfield découvre le Centre George Pompidou, un bâtiment singulier qui montre à l’extérieur l’architecture intérieure habituellement cachée. Ce dernier s’en inspire, pour à son tour, révéler à l’extérieur ce qui se cache à l’intérieur : la bulle d’air. Tinker ouvre la structure de la chaussure et conçoit ce qui deviendra la ligne directrice de la Air Max 1.


© Sam Sarabandi


© Sam Sarabandi

Second temps fort, les participants ont planché sur la Air Max de demain, en choisissant entre silhouettes, textures, matières, palettes de couleurs et finitions pour inventer le modèle de leur rêve. Au total près de 2400 personnes ont participé aux ateliers, en ayant la chance d’être accompagné par les designers Nike présents à l’événement.


© Sam Sarabandi


© Sam Sarabandi

Selon Courtney Dailey, Senior Colors Designer : « la couleur est une arme, un vecteur d’histoire. Elle est au coeur de notre réflexion. Nous essayons toujours de proposer des produits innovants en analysant les nuances de couleurs avant tout. La chaussure que tu vas acheter est représentée d’abord par ses couleurs, ensuite tu construis ta tenue en fonction de cela. »

Pour Marie Odinot, Footwear Designer qui a travaillé sur la Air Max 270 : « La contrainte c’est d’abord de faire une chaussure confortable pour des personnes qui vont la porter toute la journée. Ensuite, le design doit mettre en valeur l’air bag, la chose la plus importante de la chaussure. Tu peux t’inspirer des anciens modèles mais toujours avec l’idée en tête que tu proposeras une chaussure très différente des autres modèles»

Trois modèles ont été sélectionnés et seront mis en ligne sur le Global Voting Hub. Tout le monde est invité à voter et les vainqueurs seront annoncés le 14 Mai.


© Sam Sarabandi

Les participants du Nike On Air ont pu terminer leur expérience sur un atelier de customisation de produits, qui propose de choisir quelques motifs parmi une palette, pour créer un vêtement Nike à son image et repartir avec. La tagline « de l’imagination à la réalité ».












Continue reading “Creative Event Paris On Air”

Foot : des brancardiers pressés de sortir un joueur

Décidément, rien ne va plus en Grèce ! On rigole, bien sûr, quoique… Ce week-end, l’AEL Larissa affrontait Ergotelis en deuxième division de foot. Le club local s’est imposé (2-1), mais le fait du match ne s’est malheureusement pas déroulé balle au pied, mais brancard à la main. Sur l’action en cause, un joueur visiteur s’est blessé, et les brancardiers sont donc arrivés pour intervenir. Rien de plus normal, jusque-là. Sauf que l’un des brancardiers était visiblement pressé de faire sortir le malheureux blessé du terrain pour que son équipe puisse revenir au score. Du coup, il a voulu courir tout en maintenant le joueur allongé. Résultat : deux chutes sur le blessé, un brancard qui manque de se renverser. Et évidemment aucune délicatesse pour poser le brancard au sol une fois la ligne de touche passée… Si après ça, le joueur n’était pas blessé, c’est à n’y rien comprendre…