30th Edition of « Visa pour l’Image » in Paris

La trentième édition du festival international de photojournalisme organisé à l’initiative de l’association Visa pour l’image aura lieu à Perpignan du 1er au 16 septembre. Cette année, une trentaine d’expositions dépeindront l’actualité mondiale à travers de poignants clichés. Des rencontres, conférences et projections sont également prévues au programme : les soirées de Visa pour l’image retracent ainsi les événements marquants survenus entre septembre 2017 et août 2018. La particularité cette année, c’est que le festival s’exporte aussi dans le parc de La Villette à Paris, où auront lieu des expositions et projections le 15 et 16 septembre.

Des déplacés internes congolais rejoignent la rive après avoir passé la nuit en sécurité au milieu du lac Albert. Tchomia, RDC, 5 mars 2018.
© John Wessels / AFP

Conflits, faits de société, guerres, crises, politique, insolite, sport, culture, science, ou encore environnement feront notamment partie des sujets abordés tels que le conflit en Syrie, en Irak, les réfugiés et l’immigration dans le monde, le réchauffement climatique et plein d’autres sujets qui ont fait l’actualité cette année. Les meilleurs sujets photojournalistiques ont été sélectionnés dans le cadre des expositions. Choquantes et réalistes, ces images permettent aux photographes de témoigner de la violence qu’ils rencontrent au quotidien, et de la partager aux yeux du monde. Il s’agit également d’une manière de montrer au public la prise de risque que nécessite ce métier et la difficulté de celui-ci, au nom de la connaissance et de  l’information.

Dans le quartier de Keraniganj qui abrite de nombreux ateliers de confection, le lit d’un canal qui se jetait dans la rivière Buriganga est rempli de détritus. L’eau n’atteint plus la rivière en raison de la masse de déchets accumulés tout au long du canal.
© Gaël Turine / MAPS

Une femme en pleurs hurle après les forces de police lors d’une émeute qui a éclaté après l’annonce des résultats de l’élection présidentielle. Bidonville de Mathare, Nairobi, 11 août 2017.
© Luis Tato / AFP
Lauréat du prix de la ville de Perpignan Rémi Ochlik 2018

Jiangsu, Chine, 16 juin 2016. Usine de transformation de poulets.
© George Steinmetz / Cosmos

World Press Photo of the Year
Crise au Venezuela
Caracas, Venezuela, 3 mai 2017. José Víctor Salazar Balza (28 ans) en flammes lors d’affrontements entre la police anti-émeute et des manifestants opposés au président Nicolas Maduro.
© Ronaldo Schemidt / Agence France-Presse

Yacoub Moussa, jeune élève officier syrien avec ses camarades dans les décombres de l’académie militaire d’Alep, une ligne de front située à l’ouest de la ville et âprement disputée au cours des quatre ans de siège. Il a été blessé au visage par un tir de mortier deux jours plus tôt. Alep, Syrie, 18 décembre 2016.
© Noël Quidu pour Paris Match

Un vieil homme au milieu du cimetière de Qayyarah. Sous l’occupation de Daech, des militants ont détruit toutes les pierres tombales qui, à leurs yeux, étaient « non islamiques ». Qayyarah, Irak, 20 octobre 2016.
© Alice Martins

Un Palestinien lance des pierres sur des soldats israéliens lors de la quatrième semaine d’affrontements à la frontière entre Gaza et Israël. Selon les autorités médicales, deux Palestiniens ont été tués par des tirs de soldats israéliens postés à la frontière. 20 avril 2018.
© Khalil Hamra / The Associated Press

Des Palestiniens tentent de sauver quelques affaires des décombres de leur maison après une frappe aérienne israélienne pendant la nuit. Gaza, 8 juillet 2014.
© Khalil Hamra / The Associated Press

La caravane de migrants d’Amérique centrale traverse le Mexique, ici dans un wagon ouvert d’un train de marchandises qu’ils ont pu arrêter. Michoacan, Mexique, 17 avril 2018.
© Edgard Garrido / Reuters

Camp de réfugiés de Balukhali, Cox’s Bazar, Bangladesh, 20 septembre 2017. Un garçon rohingya désespéré s’accroche au camion d’une ONG locale qui distribue des colis alimentaires d’urgence aux réfugiés récemment arrivés.
© Kevin Frayer / Getty Images

La plupart des hommes en détention préventive sont affectés au dortoir sans mobilier du bloc A1, considéré comme le plus vétuste du quartier de haute sécurité.
© Marc Dozier / Hemis pour Le Figaro Magazine

Sanaa, Yémen. Fabrication de prothèses. Depuis le début du conflit, plus de 6 000 Yéménites ont été amputés.
© Véronique de Viguerie / The Verbatim Agency pour Paris Match

Palong Khali, Bangladesh, 9 octobre 2017. Des milliers de réfugiés rohingyas ont fui leurs villages, marché pendant des jours et enfin franchi la frontière. Épuisés, ils continuent en traversant des rizières.
© Paula Bronstein / Getty Images

Kutupalong, Bangladesh, 17 septembre 2017. Sous la pluie torrentielle de la mousson, une famille nouvellement arrivée attend un abri.
© Paula Bronstein / Getty Images

Le 11 mars 2011, à la suite d’un tremblement de terre de magnitude 9 et du tsunami qui a suivi, trois réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima ont explosé. 32 millions de Japonais ont été exposés aux radiations. On craint 10 000 cas de cancers liés à la catastrophe.
© Samuel Bollendorff

















(more…)

Serial Killers Last Meals Photography

Le photographe néo-zélandais Henry Hargreaves fait de nouveau parler de lui avec ce projet photographique appelé No Seconds recréant les derniers repas de plusieurs tueurs en série condamnés à mort. Des clichés qui sont à la frontière entre le commun et l’extra-ordinaire, accompagnés d’une description succinte du condamné.

Serial Killers Last Meals Photography1 Serial Killers Last Meals Photography2 Serial Killers Last Meals Photography3 Serial Killers Last Meals Photography4 Serial Killers Last Meals Photography5 Serial Killers Last Meals Photography6 Serial Killers Last Meals Photography7 Serial Killers Last Meals Photography8 Serial Killers Last Meals Photography9 Serial Killers Last Meals Photography10 Serial Killers Last Meals Photography11

(more…)

Un détenu s’échappe d’une prison (Baumettes, Marseille)

Top 12 des TIG qui sont pires que la prison, la vraie réforme pénale

une-sardouCrédits photo (creative commons) : mastababa

La réforme pénale de Christiane Taubira est en train d’être discutée à L’Assemblée. Elle permettrait aux personnes qui ont pris une peine de moins de 5 ans de ne pas passer par la case prison, mais de faire des TIG. On sent bien que ce genre de réforme ne va pas plaire à tout le monde (regardez vers la droite). Donc on vous propose 12 Travaux d’intérêt général qui part leur évidente pénibilité sont une excellente alternative à la prison. Qui à côté parait presque plus enviable.

  1. Se faire tatouer sur le front l’intitulé de leurs méfaits
    “J’ai piqué le sac d’une vieille”, “J’ai téléchargé du Sardou”, “Je roule avec 3 grammes” “Je suis Patrick Balkany”
  2. Supporter de l’équipe de Suisse
    Vous serez donc seul et triste. Mais il faut payer votre dette à la société
  3. Raboter les quais de gare, pour y faire rentrer les nouveaux TER
    Vous avez une bonne lime ?
  4. Devoir jouer aux Bingo dans la maison de retraite de leurs quartiers tous les jours à 16h15
    Si vous râlez, on vous donne une double ration des chiffres et les lettres.
  5. Devenir arbitre de cour d’École
    Parce qu’on a besoin de savoir si “oui on non il y ‘avait genette” si “les œils de boeuf sont réglementaires ou non” et bien sûr décider (avant le match) des cartes interdites dans les docks Pokemon et Yu-Gi-Oh!. Vous allez regretter de ne pas être allé directement à Fleury Mérogis.
  6. Devenir juré de The Voice
    Personne ne veut le faire. Et surtout pas gratuitement, si vous faites les cons c’est là qu’on va vous envoyer sans salaire, sans loges et vous enverra même à Tourcoing pour les tours préliminaires. Si avec ça vous ne vous tenez pas à carreau.
  7. Ne devoir parler qu’avec les consonnes pendant un an
    Vs llz vr c’st bn chnt…
  8. Devoir rigoler à toutes les blagues que font les chauffeurs de Taxis pendant un an minimum
    “Hey 93 tu l’as eu ou ton permis dans une pochette surprise” et autres remarques antropologico-politiques pertinentes telles “non, mais moi les noirs j’ai rien contre, mais faut dire qu’ils sont plus forts pour taper dans un ballon que pour traverser la rocade”. Ça va être dur, on sait. Entraînez-vous avec RTL…
  9. Organiser des pots de départ à la poste
    Après trois verres de rosé chaud et quelques Curly, les criminels rentreront assez vite dans le droit chemin…
  10. Traducteur officiel de Franck Ribery
    Il y a d’abord l’apprentissage…
  11. Leur mettre un bracelet électronique, mais en forme de gourmette
    Avec un prénom ridicule (du genre “Guénolé”). Attention ne marche pas partout, il y a encore quelques régions ou la gourmette fait encore des ravages.
  12. Devenir Ami de Jean-François Coppé

    Vous devrez à faire ses courses et l’écouter une heure par jour dire qu’il est encore choqué

Vous avez compris les méchants ? On n’est pas là pour déconner alors restez dans le droit chemin c’est mieux

(more…)

19 faits divers que vous aurez du mal à croire

Chaque semaine, MinuteBuzz vous propose de découvrir la face cachée d’Internet ! Nous allons partir explorer ensemble un tout autre côté du web, peuplé d’innombrables faits divers, mèmes et autres créatures loufoques. Cette semaine, une bonne grosse série qui envoie du lourd avec un total de 19 faits loufoques, insolites et plus communément appelés faits divers.

acid1 acid2 acid3 acid4 (more…)

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies