Little Wooden Robots as Daily Objects

Le designer Alexander Kanygin s’est associé à une quinzaine d’autres artistes, architectes, illustrateurs, designers ou encore photographes, afin de créer une collection d’objets prenant l’aspect de petits robots fabriqués en bois. Les créations, regroupées sous le nom de Robo Wood, offrent une décoration d’intérieure ludique pour des objets sont l’usage quotidien peut s’avérer très utile.

Bike hanger by Alexander Kanygin.

Continue reading “Little Wooden Robots as Daily Objects”

Projecting Change at the Empire State Building

Samedi dernier, le 1er aout de 21h et jusqu’à 00h, Louie Psihoyos, photographe et cinéaste, aidé par Travis Threlkel – CCO de Obscura Digital – ont utilisé l’Empire State Building à New York comme façade pour une projection d’images d’animaux menacés d’extinction. Une initiative connue sous le nom de « Projecting Change » qui a pu marquer l’esprit des touristes et habitants de la Grosse Pomme avec de superbes images, dont l’intégralité est à retrouver en vidéo.

Projecting-Change-Empire-State-Building-1 Projecting-Change-Empire-State-Building-2 Projecting-Change-Empire-State-Building-3 Projecting-Change-Empire-State-Building-5

Continue reading “Projecting Change at the Empire State Building”

A Magazine Cover Printed with HIV Positive Infused Ink

Le magazine autrichien Vangardist a participé à la campagne HIV Heroes, lancée par l’agence Saatchi & Saatchi, en tirant 3000 exemplaires de leur numéro consacré au VIH et aux idées reçues autour de cette maladie.

Pour cela, les couvertures de 3000 exemplaires, réalisées par le photographe Darius Lucaciu, ont été imprimées à l’aide d’encre infusée avec du sang provenant de trois donneurs séropositifs dont Wiltrut Stefanek et Wyndham Mead. Les 15 000 autres exemplaires ont été imprimés avec de l’encre traditionnelle.

Le sang a d’abord été traité à l’Université d’Innsbruck pour s’assurer qu’aucune contamination ne soit possible. Une petite imprimerie en Autriche a accepté de s’occuper des prints et c’est le patron qui a tiré tout seul les exemplaires pour ne pas impliquer ses employés. Les magazines ont été mis à la vente dans des sacs plastique pour des raisons légales et pour confronter les lecteurs à leur volonté de toucher ou non la couverture. La question derrière ce projet est : « Toucheriez-vous ce magazine imprimé avec du sang contaminé ? », pour venir contredire l’idée fausse qui dit qu’un malade est contagieux par un simple contact.

Photos by Julian Behrenbeck.

Continue reading “A Magazine Cover Printed with HIV Positive Infused Ink”