Etude : arrêtez de dire à vos amis qu’ils ont grossi, ça les fait encore plus grossir !


On trouve que c’est une étude qui tombe à pic avant les fêtes et les repas disproportionnés qui vont avec… Des chercheurs canadiens ont suivi des jeunes femmes en âge d’entrer à l’université. Toutes se situaient dans la tranche haute d’un poids normal. C’est-à-dire qu’elles n’étaient pas en surpoids mais que quelques kilos suffisaient à les passer dans la tranche supérieure. Leurs indices de masse corporelle avoisinaient les 24,9 mais la plupart d’entre elles étaient tout de même préoccupées par leur poids. 5 mois après le début de l’expérience, les chercheurs ont interrogé les filles pour savoir si elles avaient partagé avec leurs proches leur mal-être par rapport à leurs poids. Il s’avère que celles qui se sont senties soutenues par leur entourage ont perdu jusqu’à 500 grammes, tandis que les autres ont pris en moyenne 1,8 kg.

En effet, le stress est le facteur principal de prise de poids. Les filles qui se sont senties bien pendant cette expérience ont eu tendance à faire des efforts naturellement, manger équilibré, faire de l’exercice.

Vous savez quelles remarques sont à éviter en famille pendant les fêtes.

On peut manger en paix maintenant ? 


merci: minutebuzz


Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies